Séance du 25 janvier 2005  

Participants:
Amanda: Ebelona Foulquet
Jonas: Oradril
Julien: Mishnar
Tanya: Guillaume Gauderique de Galbaud du Gué alias GGGG

Guillaume Gaudrique de Galbaud du Gué vacquait à ses occupations dans son logis quand on tira la chevillette. Il s’en alla ouvrir la porte et trouva devant celle-ci un serviteur du baron. Après quelques hésitations sur le nom du destinataire, il remis à GGGG une invitation de la main du baron pour se rendre dans le carré VIP de la prochaine pendaison. Ce cadeau était un remerciement pour sa magnifique résolution de l’enquête sur les crimes commis par le marchand, vengeur des innocents.

GGGG s’en alla au marché où il savait pouvoir retrouvé l’elfe miniature Mishnar. Celui-ci comme on pouvait s’y attendre était à l’échoppe de Mouline, la jeune et jolie fleuriste de Clochefou. Il tentait d’ailleurs d’attirer son intérêts en lui racontant sa dernière aventure. GGGG essaya d’attirer l’attention de Mishnar afin de lui présenter l’invitation, mais cela n’échappa au regard aiguisé de Mouline qui s’extasia devant celle-ci. Mishnar craqua immédiatement au désir de la belle et convainquit GGGG de l’y emmener. Il passa le reste de la journée à se préparer, il acheta, sous les conseils de GGGG, une magnifique tunique de bleu, jaune et vert, du meilleur effet pour impressionner les dames.

Le lendemain, jour de la pendaison, les gens se pressait pour voir les trois condamnés exécutés. GGGG, Mishnar et Mouline se frayèrent un passage à travers la foule pour atteindre le carré VIP. Ebelona et Oradril venus en simples bedeaux se trouvèrent un petit coin, Ebelona assise sur une charette de foin contre le mur et ayant une vue plongeant sur toute la cour et Oradril au milieu de la foule. GGGG et Mishnar s’installèrent au premier rang, légèrement sur le côté, refusant tous deux d’aller se confesser, alors que Mouline, bonne chrétienne n’avait pas manqué d’y souscrire.

Une demie heure plus tard, Mouline revenue, l’exécution semblait bientôt débutée. Le baron passa auprès de GGGG et Mishnar pour les remercier de leur intelligence dans cette enquête, enfin surtout GGGG et il lui remit une petite bourse avec de la monnaie trébuchante à l’intérieur. Il se rendit ensuite sur l’estrade afin de s’adresser à la foule et aux invités. Il fit un long discours sur le devoir de délation des citoyens, rappela les torts de ces trois bandits qui escroquaient les pauvres citoyens de la ville et annonça le début des exécutions.

La première exécution se passa normalement, les torts étant moindre le condamné eut le droit à une cagoule et la trappe s’ouvrit en laissant le petit bruit sourd de la nuque qui se rompt résonné dans le silence de la foule concentrée. La deuxième exécution suit immédiatement après, mais alors que l’on amène le condamné, des cris s’élèvent dans la foule, des doigts indiquent le ciel. Tout le monde lève la tête et on voit un nuage noir approché à vive allure, ce sont des corbeaux, des milliers de corbeaux qui piquent sur la cour. La foule panique, GGGG, Mishnar et Mouline vont se réfugier sous l’échafaud, Ebelona, va sous sa charette et Oradril reste fier et droit attendant l’affrontement.

Ebelona bien protégé sous sa charette verra le massacre sans vraiment se faire inquiéter, elle verra les corbeaux s’acharner sur le condamné et repartir vers le nord… Il n’en sera pas de même pour nos autres héros. Mishnar, comprenant rapidement le danger, lança un sort d’aura naturelle qui le protégea et tua les corbeau qui avait le malheur de s’attaquer à lui, il défendit aussi dans la mesure de ses moyens, la pauvre Mouline qui finit cette attaque les tripes à l’air. Quand à GGGG, il subissa deux attaques sérieuses n’ayant pour une fois pas mis sa lourde armure de plaques. Oradril lui embrocha de ses flèches tous les corbeaux qui eurent le culot de l’affronter.

Les corbeaux repartirent laissant derrière eux des morts et un condamné complètement déchiqueté et mort. Les gens s’en allèrent n’ayant plus le coeur aux festivités. Les gens s’organisèrent pour soigner les blesser. Mishnar et GGGG se précipitèrent chez l’apothicaire pour qu’il sauve la vie de la douce Mouline. Quand à Oradril, il ramassa un corbeau blessé qu’il interrogea, mais il n’apprit pas grand chose, excepté qu’il venait de la montagne.

Ainsi se termina la séance